Accueil » Dépression post partum : tout ce qu’il faut savoir

Dépression post partum : tout ce qu’il faut savoir

by Emilia Biancarelli
dépression post partum

La depression post partum touche 30% des femmes selon un sondage réalisé récemment en France. Cet état se met en place peu de temps après l’arrivée du nouveau-né. En général, c’est un phénomène qui surgit entre la 2ème et la 8ème semaine qui suit l’accouchement. Ce passage anxieux est un trouble psychique et nous allons aborder sous plusieurs angles. Qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les causes ? Comment l’éviter ? etc...

 

Dépression post partum : c’est quoi ?

Définition 

La période post partum est une période qui débute juste après l’accouchement. Cette période varie en fonction de la femme mais au minimum elle dure 40 jours et au maximum c’est 6 mois, voire même 1 an pour certaines femmes. On peut également appeler cette période « suites de couche », ou « quatrième trimestre de grossesse ». Cette période qui a lieu après l’accouchement, fait apparaître divers changements. Il y a des transformations au niveau du corps, d’autres sur l’identité. Il y a même des transformations psychiques profondes. 

La dépression post partum est rarement évoquée, à cause du fait qu’on idéalise beaucoup la maternité. Cette dépression cause un déni collectif des soignants et même de l’entourage. Lorsque cet état s’installe « on n’y peut rien ». Selon des études portées sur des jeunes mamans en France, il a été constaté que 22 % des femmes, soit 100 000 femmes, sont victimes de la dépression post partum. Quelques sondages récents, ont même montré que 30 % des mères et 18 % des pères sont déjà passés par un épisode dépressif. 

Ne pas confondre la dépression post partum du baby-blues. Cette dernière se manifeste plutôt quelques jours après l’accouchement et ne s’installe pas dans le temps.

 

Symptômes : depréssion post partum

La dépression post partum se manifeste comme une dépression classique. Les symptômes les plus fréquents sont : une immense fatigue, une anxiété majeure profonde, un sentiment de vulnérabilité, etc.. Les jeunes mamans qui souffrent d’une dépression du post  partum rejette leur bébé, et éprouvent un sentiment de culpabilité. Elles se demandent si elles seront capables de s’occuper correctement du bébé, elles craignent même de faire du mal au bébé. Durant la période de dépression, les jeunes mamans ont tendance à se replier sur elle-même, à s’isoler, quitte à avoir des pensées morbides. D’autres symptômes peuvent s’ajouter à cela : troubles du sommeil, épuisement mental et physique, manque d’appétit, difficultés de concentration et de réflexion, manque de joie de vivre, manque d’envie, manque d’intérêt pour son enfant, etc. 

Il ne faut jamais oublier de rappeler à ces femmes que ce sont des choses tout à fait normal, dont on n’a pas à avoir honte. Au fait, beaucoup de femmes connaissent ce problème et n’osent pas en parler. Elles préfèrent s’isoler. Il ne faut pas avoir honte de demander de l’aide. Il s’agit d’une période qui peut bien être surmontée. Si elle est prise en charge plus tôt, il y aura alors moins de répercussions sur la vie de la maman et de l’enfant. 

Dépression post partum : pourquoi ?

Ce n’est pas toujours facile de connaître précisément la cause liée à la dépression post partum. Il est toutefois possible d’isoler quelques facteurs de risques qui apparaissent chez certaines femmes qui en souffrent. 

Dépression hormonale

Des chercheurs américains pensent que le processus d’accouchement libère une hormone qui provoque une dépression post-partum chez les mères. La dépression post partum est causée par la libération d’ocytocine. Certaines études suggèrent que cela est dû à des déséquilibres hormonaux chez les nouvelles mères, comme les oestrogènes, la progestérone et les hormones tyroïdiennes. Quelle qu’en soit la raison, de nombreuses femmes ne sont pas égales en matière de maternité ; certaines sont plus susceptibles que d’autres de souffrir de troubles de l’humeur après l’accouchement.

Chute d’hormones après l’accouchement

Pendant les 9 mois de grossesse, l’organisme sécrète en grande quantité des œstrogènes et de la progestérone. Ces deux principales hormones de grossesse jouent un rôle clé pour l’implantation et la nidation de l’embryon et pour les développements de l’utérus. A la naissance du bébé, quelques jours après plus précisément, ces hormones chutent brutalement. Conséquences possibles : émotions amplifiées, irritabilité et pleurs impromptus peuvent subvenir. Les hormones de la grossesse sont remplacées par la prolactine favorisant la lactation et la montée de lait indispensable à la mise en place de l’allaitement. (1)

Répercussion de ce trouble hormonal sur l’humeur et les émotions

Cet état psychologique est souvent en lien avec la chute hormonale et se manifeste généralement par une traversée d’émotions très contradictoires. La femme subit des émotions qui changent à tout bout de champ. Elle peut passer du rire aux pleurs sans même savoir pourquoi. C’est une situation très fréquente et qui est tout à fait normal. Les psychiatres affirment même que c’est un changement plutôt sain, telle une crise identitaire qui marque le passage d’une femme pour devenir mère.

Dépression post partum : comment y remédier ?

On ne peut pas prévoir à l’avance si on va faire une dépression après la naissance ou non. Toutefois, il existe des mamans qui sont plus vulnérables que d’autres. Ce sont surtout les femmes qui sont déjà par une période dépressive avant ou au cours de leur grossesse. En général, la dépression post partum peut être traitée avec des antidépresseurs, et une psychothérapie. Mais pour nous installer dans une compréhension globale nous allons explorer plusieurs pistes. Il faut mieux comprendre cet épisode dépressif pour nous permettre de le combattre. Si une maman subit une importante anxiété, l’appaisement peut s’atteindre par plusieurs biais.

 

Dépression post partum : Préventions naturelles

Avec les conséquences néfastes de la dépression du post partum, la prévention de cette maladie s’avère être une priorité. Il est tout à fait possible de prévenir la dépression du post partum par une bonne alimentation ainsi qu’une hygiène de vie optimale. En ce qui concerne l’alimentation, il faut toujours privilégier une alimentation qui apporte :

  • Du DHA ( acide gras oméga- 3). On peut les trouver dans de l’huile de poissons sauvage.
  • De l’acide folique (vitamine B9)
  • De la vitamine B8
  • De l’iode
  • De la vitamine B1
  • Du fer et de la vitamine B12.

Pour agir de manière préventive contre la dépression du post partum, il faut savoir recharger son organisme en énergie durant la grossesse et l’allaitement. De cette manière, l’organisme sera renforcé et capable de s’adapter aux divers changements que subissent le corps et l’esprit. En d’autres termes, cette action va permettre à la maman de mieux s’adapter au stress de l’organisme. Pour le renforcement de la force vitale, il est important d’adopter une alimentation naturelle, vivante, biologique, variée, et qui soit riche en nutriments. Boire 1.5 L d’eau en moyenne par jour est également très importante. Au cours de la grossesse, il est essentiel de pouvoir se reposer autant que possible. Vous pouvez ainsi, recharger les batteries, avant que le bébé arrive. Se ressourcer dans la nature et la méditation peuvent aussi beaucoup aider.  

Dépression post partum : qui ? quels professionnels consulter ?

Le traitement de la dépression post partum peut faire intervenir un grand nombre de professionnels de la santé. 

Psychologue

Pour faire face à la dépression du post partum, il est d’abord très important d’oser en parler. En consultant un psychologue, vous allez bénéficier d’une prise en charge qui se base sur une psychothérapie de soutien ou une thérapie comportementale et cognitive. 

Homéopathe

Comme, il est encore difficile de trouver une réponse spécifique en médecine conventionnelle en termes de dépression du post partum, plusieurs sages-femmes et médecins utilisent l’homéopathie pour faire face sereinement à cette période délicate. Ainsi, voici les remèdes qui peuvent être systématiquement utilisé après l’accouchement : Anrica Montana, China rubra, nux vomica composé, caulophyllum 5 CH et colounthis 9 CH, ainsi que du Cuprum metallicum. 

Acuponcteur

Il existe diverses méthodes qui permettent de traiter la dépression postpartum, et l’acupuncture en fait partie. L’acuponcteur, va vous soulager des traitements médicaux chimiques, et permettre à l’énergie de bien circuler dans votre corps. 

Sophrologue

La sophrologie est une pratique complémentaire qui peut très bien avoir un effet positif sur le traitement de la dépression postpartum. La sophrologue va aider la jeune maman, à mieux se détendre, et avoir un moment à elle pour se ressourcer. De cette manière, elle pourra réduire la fatigue et faire une prise de conscience du vécu de l’accouchement, par des pensées positives. Il ne faut pas oublier que la sophrologie prénatale prise en charge par une sophrologue est loin d’être une préparation à l’accouchement. 

Médecin traitant

Pour le traitement de la dépression post- partum, il est conseillé de consulter son médecin traitant afin qu’il puisse le diagnostiquer, et faire un accompagnement de la thérapie par des antidépresseurs, sur une courte période. 

Environnement familiale

Je demande de l’aide à mes proches ;  dites simplement aux gens ce que vous ressentez. Par exemple, vous pouvez demander à un ami de veiller sur votre enfant pendant que vous vous reposez quelques heures. Si vous n’avez pas l’énergie nécessaire pour effectuer des tâches de base, demandez à quelqu’un de vous aider à faire les courses ou à cuisiner. Il est crucial de se reposer autant que possible. Ceci peut être réalisé en ayant l’habitude de se reposer chaque fois que votre enfant s’endort. Il est également important de ne pas vous surmener ; privilégiez plutôt le sommeil et le repos lorsque vous le pouvez.

 

Idée goûter : 4 idées de goûter simple à faire après l'école


Première rentrée en maternelle 2022 : que prévoir, comment nous rassurer ?


Boire de l'eau pour mincir : est-ce que c'est efficace ?

 

(1) Le chaos hormonale

 

 

TU POURRAIS AUSSI AIMER

1 comment

Comment faire pour ne pas prendre trop de poids pendant la grossesse ? 30 mai 2023 à 15h50 - 3:50 pm

[…] Mais il faut souligner les conséquences néfastes d’une prise de poids excessive, tant pour la santé de la mère que pour celle de l’enfant à naître. Une prise de poids trop importante peut favoriser l’apparition de la dépression post-partum. […]

Reply

Laisser un commentaire

A propos

Un nouveau regard sur l’actualité santé et bien-être.
Découvrez nos rubriques ; santé naturelle, psycho, recette, beauté, botanique, parentalité..

@2022 – Santé Nova – Tous droits réservés.

Copy link